• - Réflexions sur la chute de l'URSS (MAJ 09-05-2022)

    Titre complet :

    - Reflexions sur la chute de l'URSSQUELQUES RÉFLEXIONS ET THÈSES SUR LA GESTATION, LA VIE ET LA DESTRUCTION DE L’UNION SOVIÉTIQUE DE JAIME EDMUNDO GARRIDO CANALES (ESP)

    Paru sur Alba Granada NorthAfrica

     

    S’il faut féliciter quelqu’un pour son travail, c’est bien JAIME EDMUNDO GARRIDO CANALES, un camarade chilien exilé en URSS, pour son intéressant livre sur la destruction de l’URSS et du PCUS.

    Un travail très important, puisque sa source est originale. L’un des meilleurs ouvrages sur l’URSS qui récuse ce qui a été écrit depuis un siècle sur le communisme et l’Union soviétique.

     

    Il nous informe sur la lutte des classes au sein du PCUS, comment Staline et ses camarades étaient dans une position minoritaire depuis les années 30 et non depuis Khrouchtchev comme on le lit habituellement dans la littérature disponible. 

    "Les révisionnistes latents étant au sein du PCUS et dans toutes les institutions de l’État n’avaient pas réussi avant les années 50 à prendre le pouvoir, (c'est seulement avec l’arrivée de Khrouchtchev) malgré les multiples conspirations – assassinats politiques, sabotage, guerre économique, collaboration avec les ennemis, propagande. - grâce aux bolcheviques authentiques qui résistaient encore aux courants révisionnistes et permettaient de construire une économie authentiquement socialiste."

    Il démonte le mythe très répandu selon lequel l'URSS aurait collapsé "à cause de problèmes économiques". C'est la propagande des élites impériales USA, GB, Allemagne qui veut nous faire croire cela.

    Mais les faits objectifs démontrent bien que l'URSS n'avait aucun problème économique début année 80' : Margaret Thatcher et Reagan ne croyaient pas pouvoir vaincre l'URSS sur le terrain économique.

    Pour preuve les déclarations de Margaret Thatcher " l' URSS est un pays qui est une sérieuse menace pour le monde occidental. Grâce à son économie planifiée et cette particulière combinaison de stimulis moraux et matériels, l'URSS a atteint de haut indicateurs économiques. Le pourcentage de croissance de son PNB est le double de nos pays. Si on y ajoute les énormes ressources naturelles dont elle dispose, avec une gestion rationnelle de l’économie, les possibilités qu'elle a de nous expulser du marché mondial sont plus que réelles. Pour cela nous avons adopté des mesures qui visent à affaiblir l'économie soviétique et à créer des difficultés économiques "...

    Ses références sont d’origine russe pour la plupart.

    Une lumière de plus sur tout ce qui s’est passé, matérialiste et dialectique, en plus de ce qui a été analysé par le défunt camarade  chilien Ricardo Sifres / Anselmo / Ludo Martens / Losurdo / Harpal Brar / Bill Bland / Grover Furr / Barbusse / Fursov / Zhukov et bien d’autres fondamentaux pour l’historiographie, la mémoire et l’avenir des peuples.

    « Nous sommes convaincus que l’échec retentissant du socialisme en URSS avait pour cause principale le manque de cadres authentiquement bolcheviques capables de poursuivre l’œuvre de Staline » p 246

    Et toujours en conclusion :

    « L’URSS avait offert à l’humanité une conception différente du développement incomparablement plus équitable et humaine que celle de l’Occident. Cela explique l’énorme popularité dont jouissait l’URSS et son modèle de développement à l’époque stalinienne » p 247

    L'auteur vit depuis 1967 dans l’ex-URSS.

    Source de cet article :

    https://albagranadanorthafrica.wordpress.com/2018/04/01/recomendamos-algunas-reflexiones-y-tesis-sobre-la-gestacion-vida-y-destruccion-de-la-union-sovietica-de-jaime-edumundo-garrido-canales/

    On peut aussi le télécharger au format PDF ci-dessous :

    Télécharger « ReflexionsSurDestructionURSS-AlbaGranada.pdf »

    ---

    "Quand j'étais directeur du Service fédéral de sécurité (FSB) de la Fédération de Russie, je l’ai vu. Certaines forces de l’Occident ont simplement cherché la chute de la Russie. Elles soutenaient directement les séparatistes, les bandits et les terroristes, qui faisaient tout pour ébranler la Russie. Et pour moi, c'était un fait absolu", a conclu le Président russe Vladimir Poutine dans le documentaire.

    Pour lire l'article en entier :

    >> https://fr.sputniknews.com/20211212/poutine-parle-de-lurss-et-du-role-de-loccident-dans-la-situation-critique-des-90s-1053896701.html

    ---

    L’effondrement de l’Union soviétique est un crime sans prescription.


    Note du bureau : La liste des programmes et opérations que la CIA a utilisés pour saper le potentiel militaire, économique et politico-moral de l’URSS et ainsi affaiblir l’Union soviétique est interminable. De 1949 au début des années 1970 seulement, 8 grands programmes ont été mis en œuvre. ( 1949-1954 Redskin/ 1949-1955 Le programme Espagne/ 1949-1960 le programme Aerosol/ 1950-1960 programme d appui aux mouvements nationalistes des Etats Baltiques/ 1950-1960 Le programme » Cartel » / Le programme AEASTER/ 1952-1954 La programme AEACRE/ 1954-1960 REDSOSX )

    La CIA a activement soutenu tous les « dissidents » soviétiques (comme Andrei Sakharov). Toutes les organisations qui prônaient la « démocratie » capitaliste en URSS ont été promues par la CIA. Des stations telles que Radio Free Liberty et La Voz de América ont joué un rôle de premier plan.

    En 1991, l’ex-URSS était sous le contrôle de la CIA. Son directeur, Robert Gates, peu de temps après l’effondrement de l’URSS cette année-là, a défilé sur la Place Rouge avec une bouteille de champagne et a déclaré aux journalistes occidentaux qu’il faisait son propre défilé de la Victoire.

    La défaite de l’Union soviétique dans la «guerre froide», a déclaré le directeur de la CIA, Robert Gates, a été rendue possible par le travail de ses responsables de la Central Intelligence Agency, qui ont averti que la seule façon d’écraser l’URSS était de la faire exploser de l’intérieur. La thèse était que la CIA avait aidé Gorbatchev à liquider l’URSS et qu’Eltsine était le prochain homme de la CIA à Moscou.

    Le coup d’État d’Eltsine en 1993 a été mené par l’ambassade des États-Unis à Moscou et a été soutenu par tous les gouvernements occidentaux. Mais ça venait de loin. En 1991, la CIA avait convenu avec Eltsine de mener une opération subversive secrète pour renverser le système socialiste et provoquer l’effondrement final de l’URSS. Le directeur de la CIA, Robert Gates, s’est rendu en «URSS» en août 1991 pour faire avancer sa liquidation.

    Poutine vient de déclarer que les membres du gouvernement russe post-URSS étaient des agents de la CIA, puisqu’il était étroitement lié à ce pouvoir post-soviétique. https://www.rt.com/russia/542786-kremlin-officials-warming-relations-cia/

    ( Formation de la création de l’URSS le 30/12/1922- Liquidation programmée et inconstitutionnelle de l’ URSS – 25/12/1991)

    Déclaration du Présidium du Comité central du Parti communiste unifié à l’occasion du 30e anniversaire de la liquidation inconstitutionnelle de l’URSS en décembre 1991

    En décembre 1991, le plus grand État de la planète, l’Union des Républiques socialistes soviétiques, le tout premier État socialiste d’ouvriers et de paysans, a disparu de la carte politique du monde.

    Au milieu d’une crise générale de la politique de la «perestroïka» de Gorbatchev, peu de gens ont alors prêté attention à la violation flagrante de toutes les procédures constitutionnelles concevables et inconcevables lors de la «dissolution» d’une seule patrie socialiste

    Dans sa rapidité, il ressemblait soit à la fuite honteuse du navire en perdition de l’élite politique complètement en faillite des «réformateurs de la perestroïka» dirigée par le président Gorbatchev, soit à la finale d’une action soigneusement planifiée destinée à mettre fin à l’histoire de l’Union soviétique et au socialisme, qui s’est joué comme une horloge aux yeux du peuple soviétique désorienté et désorganisé.

    Il ne fait aucun doute qu’à l’époque de la proclamation de la « perestroïka », la société soviétique avait besoin de changements, mais à chaque fois le renouveau rationnel du pays sur la base du socialisme s’est heurté à des innovations volontaristes dans l’esprit de la convergence du systèmes socialiste et du capitalisme. 

    Ainsi, au lieu d’une amélioration scientifiquement justifiée du système soviétique de planification de la distribution commandée, des expériences ont été imposées à la société pour introduire des mécanismes de marché capitalistes dans l’économie socialiste avec l’orientation de l’ensemble du complexe économique national du pays vers la priorité du profit, et, par conséquent, la formation d’un système de relations de consommation. 

    Ceci, à son tour, a créé un terrain fertile pour les manifestations d’égoïsme individuel et collectif, l’économie souterraine, la différenciation sociale de la société soviétique – des phénomènes sociaux honteux, qui discréditait le socialisme soviétique aux yeux des travailleurs. 

    Des échecs évidents dans la sphère idéologique et la transformation du Parti communiste au pouvoir en URSS d’avant-garde politique de la société en un mécanisme bureaucratique-bureaucratique de gouvernement ont conduit à la dépolitisation des communistes et des non-partis, à l’incrédulité des gens dans les slogans proclamés et des idéaux, et a contribué à la croissance de l’apathie sociale et du cynisme.

    Pris ensemble, les circonstances et les phénomènes ci-dessus ont contribué à la formation des conditions d’une contre-révolution interne, ont élargi sa base sociale, facilitant ainsi les activités subversives des forces de la réaction internationale et de l’anticommunisme contre l’URSS et le bloc socialiste. 

    La politique de la « perestroïka », qui s’appuyait sur les assurances de Gorbatchev pour éradiquer ces tendances, mais menée sans une approche systématique appropriée, par la méthode empirique de l’essai et de l’erreur, est rapidement passée du stade du renouveau du socialisme à son démantèlement effectif. Les événements d’août 1991 ont levé les dernières barrières aux forces qui prônaient ouvertement l’élimination du système socialiste et de l’Union soviétique elle-même, ce qui nous fait parler non pas tant de la désintégration spontanée du système, mais de processus complètement contrôlables et clairement coordonnés.

    Il est important de rappeler une circonstance extrêmement importante, qui prouve de la manière la plus irréfutable que la liquidation de l’URSS n’était ni un accident historique, ni une conséquence naturelle de la «faillite du système» économique, comme ils aiment le répéter aujourd’hui les « systémiques », ainsi que les libéraux « non-systémiques » .

    Au moment de la signature inconstitutionnels des « accords de Belovezhskaya » et de la démission du président de l’URSS Gorbatchev, pratiquement tous les hauts dirigeants politiques et militaires de l’URSS se trouvaient dans le centre de détention provisoire « Matrosskaya Tishina », selon le soi-disant «affaire GKChP». 

    En leur absence, toute la direction opérationnelle du plus grand État de la planète, en fait, passa purement et simplement au «centre russe» en la personne du président de la RSFSR Eltsine et des dirigeants du Soviet suprême «démocratique» de la RSFSR , qui du point de vue et de la loi,  ressemblait plus à un coup d’État

    Le but de ce dernier était l’usurpation finale du plus haut pouvoir de la RSFSR par le « groupe » du président Eltsine, qui à ce moment-là était entré dans une conspiration ouverte avec les forces séparatistes nationales, qui avaient pris des postes de direction clés dans la plupart des les républiques fédérées de l’URSS.

    Non moins étrange et manifestement contraire au bon sens était la justification même par le président de l’Union soviétique de son décret pour la démission de toutes ses hautes fonctions : « En raison de la situation actuelle avec la formation de la Communauté des États indépendants ( CEI) . 

    Cette formulation a été exprimée dans le discours de Gorbatchev à la nation le 25 décembre 1991, c’est-à-dire exactement 17 jours après la conspiration séparatiste «Belovezhskaya» entre les chefs de trois sujets de l’URSS, à la suite de laquelle ses participants ont annoncé la «fin » du traité de 1922 sur la formation de l’URSS. Et ce malgré le fait que l’URSS a été fondée par au moins quatre sujets, et en aucun cas trois, mais depuis l’adoption de la première Constitution de l’URSS en 1924, le traité sur la formation de l’URSS a cessé d’être un texte juridique indépendant et il est devenu un document, devenant partie intégrante de la Loi fondamentale de l’État de l’Union.



    Mais plus important encore, les actions des trois signataires de la «Belovezhskaya» contredisaient grossièrement les résultats du référendum de mars 1991 sur la préservation de l’URSS, au cours duquel 76,4% des citoyens ont fortement soutenu la préservation de l’Union des Républiques socialistes soviétiques. 

    Cependant, même malgré cela, Gorbatchev a choisi de «se laver les mains» et de ne pas considerer le referendum – l’après-midi du 25 décembre (avant l’annonce de la démission de Gorbatchev) lors d’une réunion du Soviet suprême de la RSFSR, Les hommes de main d’Eltsine ont pris la décision de supprimer le nom officiel de la Russie soviétique et sa nature soviétique et socialiste de son système socio-politique, dans la soirée,en 38 minutes seulement (!) après la déclaration de Gorbatchev, le drapeau d’État de la L’Union soviétique a été abaissée à la hâte du mât principal du Kremlin, remplacé par un drapeau tricolore contre-révolutionnaire « démocratique ».

    Le Présidium du Comité central du Parti communiste unifié est convaincu que de telles actions ne peuvent être le résultat d’un «accident» historique, tout comme elles n’étaient pas historiquement inévitables, comme tentent de nous convaincre à la fois les initiateurs directs et les pogromistes ordinaires de l’URSS

    L’antisoviétisme délibéré, caverneux, qui a depuis longtemps fait grincer les dents, qui, même trente ans après la liquidation du socialisme soviétique et de l’URSS, perce régulièrement dans les discours des principaux plénipotentiaires de la classe politique dirigeante dans le pays, réfute au mieux toute spéculation des opposants au projet soviétique sur son prétendu échec historique. 

    L’actuelle Russie « post-soviétique », ainsi que toute autre ancienne république de l’Union, jusqu’à présent, n’ont pas atteint le niveau de la dernière année d’existence de l’URSS, – de l’économie à la culture et à la médecine - de telles fabrications des actuels « managers efficaces » ne peuvent s’expliquer que par un complexe d’infériorité politique. C’est pourquoi ce complexe est parfois compensé soit par un antisoviétisme d’État et un anticommunisme strictement dosés, soit – lorsque cela est politiquement opportun – par le flirt cynique des représentants du régime oligarchique avec les symboles du grand passé soviétique.

    Le Présidium du Comité central de l’OKP, notant le changement positif du public en Russie envers l’idéologie de gauche, le projet soviétique et l’URSS, est fortement en désaccord avec la tentative de transformer de tels symboles et idées en icônes inoffensives pour réconforter les exploités. 

    Nous sommes convaincus que de même que la création de l’Union soviétique a été le résultat d’une réelle corrélation des forces sociales de classe sociale d’une période historique particulière, sa renaissance potentielle sera également conditionnée exclusivement par la lutte réelle pour la réorganisation socialiste de la réalité , qui sera menée par les masses ouvrières elles-mêmes, comme dans la Russie d’aujourd’hui, et dans toute autre patrie «post-soviétique».

    L’histoire de l’effondrement de l’État soviétique et de l’URSS, qui s’est terminée il y a exactement trente ans avec la signature criminelle des « accords de Belovezhskaya » et le non moins criminel limogeage du président Gorbatchev, est la preuve la plus claire qu’une force matérielle ne peut être renversée que par une force qui lui est semblable, alors que la loi n’est que le reflet de la volonté de telle ou telle classe dirigeante de la société. 

    Il y a exactement trente ans, en décembre 1991, une telle force était du côté des liquidateurs de l’URSS et, soit dit en passant, il n’y a eu aucune dénonciation (fin) ultérieure de la conspiration «Belovezhskaya», entreprise par la majorité de l’opposition parlementaire de la Douma d’État de la Fédération de Russie en mars 1996.

    L’ère qui a commencé par la démolition criminelle de l’Union soviétique dure depuis trois décennies, et elle ne peut être interrompue que par un changement radical dans l’équilibre des forces dans la société russe moderne. 

    Cependant, un tel changement n’est manifestement pas obtenu par le simple « retour » des passeports soviétiques ou même par la « citoyenneté soviétique ». C’est pourquoi le premier pas vers une véritable renaissance de l’URSS est le retour de la propriété et du pouvoir aux mains de la majorité ouvrière dans chacun des États de l’espace socialiste autrefois uni, la soviétisation et la socialisation de ces États comme condition décisive pour la nouvelle intégration socialiste des peuples.

    L’avenir est à l’URSS, mais il faut se battre pour cet avenir maintenant !

    Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste Unifié

    Vladimir LACEV, 11/12/2021

    Source: ucp.suucp.su/category/news/

    Plus : https://www.gazeta.ru/science/2017/12/30_a_11582342.shtml

    Article proposé par Alba Granada North Africa

    >> https://albagranadanorthafrica.wordpress.com/2021/12/20/leffondrement-de-lunion-sovietique-est-un-crime-sans-prescription/

    - Reflexions sur la chute de l'URSS

    « - Staline contre le culte de la personnalité (MAJ 05-12-2021)
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,