• - Les résultats de la collectivisation sous Staline

    - Les résultats de la collectivisation sous Staline"Le domaine où la planification soviétique a donné, pour l’activité agricole, les résultats les plus remarquables est celui de la mécanisation du travail agricole. 

    On enregistre, ici, des résultats surprenants. De 1928 à 1937, le nombre des tracteurs est passé de 26.700 à 450.000, leur puissance est passée de 278.000 à 8.303.000 chevaux-vapeur.

    Les machines combinées, inexistantes en 1928, sont au nombre de plus de 60.000 en 1937.

    Grâce à ces progrès de la mécanisation, environ 90 % des surfaces ensemencées ont été cultivées par des moyens mécaniques. 

    C’est ce fait qui explique qu’en matière de récoltes on ait pu, à partir de 1933, enregistrer des résultats de plus en plus favorables, les travaux des champs étant faits de plus en plus rapidement.

    Ainsi, on a estimé que le nombre d’hommes-journées exigé par la culture d’un hectare de blé d’hiver en Ukraine est tombé de 11,1 en 1923 à 6,3 en 1933 et à 2,46 en 1937. 

    C’est là le résultat le plus positif de la planification agricole, résultat qui a permis d’obtenir, vers la fin du 2e Plan Quinquennal, des récoltes comme jamais la Russie n’en avait enregistrées, ceci tout en libérant une main-d’œuvre considérable pour l’industrie.

    Au lendemain de la guerre, la mécanisation du travail agricole s’est encore considérablement étendue puisque pendant le Plan Quinquennal d’après-guerre il a été fourni à l’agriculture 536.000 tracteurs, 93.000 combinés et des centaines de milliers d’autres machines agricoles » [1]."

    L’auteur de cette citation, Charles Bettelheim, est un spécialiste incontesté de l’économie soviétique, de tendance trotskiste et anti-stalinien.

    L’agriculture soviétique est ainsi passé du Moyen-Age au XX° siècle en une décennie pour devenir une agriculture tout à fait moderne.

    D’ailleurs le fait que les formes d’exploitations agricoles collectives se soient maintenues pendant la guerre malgré l’occupation nazie et les efforts pour les démanteler est le signe que "la majorité écrasante des paysans s’est montrée très attachée au nouveau régime d’exploitation" [2].

    Les propos-témoignages d’Alexandre Zinoviev, écrivain dissident soviétique et témoin de la collectivisation, sont là pour nous le confirmer.

    Par exemple : « Lors de mes retours au village, et aussi bien plus tard, je demandais souvent à ma mère et à d’autres kolkhoziens s’ils auraient accepté de reprendre une exploitation individuelle au cas où cette possibilité leur aurait été offerte. Tous me répondirent par un refus catégorique » ou : "Cette transformation extrêmement rapide de la société rurale fournit au nouveau système un soutien colossal dans les larges masses de la population. Et cela malgré toutes les horreurs de la collectivisation et de l’industrialisation" [3].

    Notes : 

    [1] : Bettelheim, Problèmes théoriques et pratiques de la planification, édition PUF, 1951, p. 85-86
    [2] : Bettelheim, cité par Ludo Martens, Un autre regard sur Stalineédition numérique, p. 54
    [3] :  Alexandre Zinoviev, cité par Martens, op, cit, p. 54

     

    Source : https://progreshumain.wordpress.com/2015/02/19/les-resultats-de-la-collectivisation-sous-staline/

    « - Les années de guerre "civile" en URSS (1919-1922)- Arkadi Golikov - Gaïdar : un grand écrivain soviétique ! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :